Politique

Le chef de l’état togolais Faure Essozimna Gnassingbé, ne compte pas céder


Faure Gnassingbé a JA

Le chef de l’état togolais Faure Essozimna Gnassingbé,  ne compte pas céder à des arrangements de circonstances avec l’opposition, tendant à le faire partir du pouvoir. Cette position sur une sortie probable de crise au Togo, il a exprimé dans Jeune Afrique N° 2971-72-73 paru ce dimanche à qui il a accordé une interview exclusive.

Depuis 4 mois maintenant, l’opposition togolaise qui draine de milliers de togolais  dans les rues presque chaque semaine, demande le départ du chef de l’Etat du pouvoir et voudrait discuter lors du dialogue qui se prépare « des conditions de ce départ », mais il devra se confronter à une position arrêtée de ce dernier sur la question.

« Que l’on comprenne qu’il est impossible de laisser de côté nos institutions et notre constitution pour se livrer à des arrangements de circonstance » a déclaré Faure Gnassingbé a l’hebdomadaire international indépendant Jeune Afrique, estimant ne croire en une ‘sortie de crise’ probable qu’ à cette seule condition.

Pour lui, « avec le dialogue qui permet de dépasser les slogans, le seul chemin praticable en démocratie, ce sont des élections. Les appels au soulèvement, à l’insurrection et autres stratégies extralégales, n’aboutiront qu’à nous faire perdre du temps, beaucoup de temps. Chacun le paiera cher ».

Ce que cherchent mes adversaires, c’est la captation du pouvoir avant le terme de mon mandat actuel. C’est en vain, a poursuivi  Faure Gnassingbé .

« Je suis certain que certains ont cru que mon renversement par la force était faisable. C’est la le problème de notre opposition : poser des exigences irréalistes ; être par la suite incapable d’expliquer à sa base pourquoi elles ne sont pas suivies d’effet et en être réduit à blâmer le gouvernement » a dit le chef de l’Etat dans Jeune Afrique et n’exclu pas la possibilité de se représenter lors des prochaines élections de 2020 et 2025. Mais « il ne se situe pas encore dans cette perspective ». Faure Gnassingbé compte « se consacrer pour l’instant aux problèmes internes ».

Réagissant aux diverses manifestations de rue de l’opposition, le chef de l’état togolais a indiqué que « dans un état de droit, le pouvoir ne se prend pas par la rue, mais par les urnes ». il a ajouté que  s’agissant des critiques dont il fait l’objet dans les déclarations de l’opposition togolaise, qu’il « n’a pas de leçons de démocratie et de respect des droits de l’homme » à recevoir de son opposition.

Mais il assure que le dialogue politique avec cette opposition aura bien lieu et les premiers signaux avant les fêtes de cette fin d’année. Il a parlé de dialogue et de référendum à la fois, mais pas de nouvelle conférence nationale souveraine. Ce qui démontre que ce qu’a dénoncé l’opposition togolaise, aux premières heures d’après le vote au 2/3 à l’assemblée nationale de la loi du gouvernement portant réformes constitutionnelles (ndlr, le référendum), reste d’actualité.


Un commentaire sur Le chef de l’état togolais Faure Essozimna Gnassingbé, ne compte pas céder

Les commentaires sont fermés